Les conditions extrêmes du Grand Prix du Qatar mettent en danger les pilotes

Les conditions extrêmes du Grand Prix du Qatar mettent en danger les pilotes
Qatar

Le Grand Prix du Qatar s’est révélé être une épreuve extrêmement difficile sur le plan physiologique pour les pilotes. Les températures élevées et les polémiques entourant les limites de piste ont créé un cocktail détonant. Les pilotes ont subi des conditions physiques critiques.

Le GP du Qatar: Un Défi au-Delà de la Chaleur

Le Grand Prix du Qatar a été au centre de l’actualité sportive en raison des conditions météo extrêmes auxquelles les pilotes ont dû faire face. En plus de la chaleur étouffante, les températures ont eu un impact majeur sur les performances des pilotes, les poussant à la limite de l’épuisement.

La moitié du peloton a subi les effets dévastateurs des températures élevées, avec des symptômes allant de la nausée aux évanouissements. Les pilotes ont dû composer avec des conditions de piste difficiles et des limites de piste controversées qui ont entraîné l’annulation de nombreux temps.

Les Pilotes au Bord de la Crise

Logan Sargeant a été l’un des premiers à admettre qu’il ne pouvait pas supporter ces conditions et a décidé de se retirer de la course. Esteban Ocon a été encore plus affecté, vomissant dans son casque sans prévenir son équipe, tandis que Lance Stroll a failli s’évanouir au volant.

Les préparateurs physiques des équipes ont qualifié les conditions au Qatar de « incroyablement dangereuses ». Les signes de détresse des pilotes étaient audibles via les communications radio. Le docteur Chris Tyler, physiologiste de l’environnement dans le domaine des sciences de la vie et de la santé à l’Université de Roehampton à Londres, a partagé son expertise.

Dr. Tyler a souligné l’importance cruciale de l’hydratation avant la course. Il a expliqué que la déshydratation commence à se manifester dès que la température corporelle augmente et que la transpiration entre en jeu. Tout dépend de la quantité de liquide que les pilotes consomment pendant la course.

Il a ajouté : « Si les pilotes pouvaient boire régulièrement pendant la course, ils pourraient maintenir leur hydratation pendant environ 50 % du temps. Si l’on considère qu’ils perdent environ deux litres de liquide par heure, boire un litre toutes les heures les aiderait à maintenir leur hydratation. »

Les Effets de la Déshydratation

Le problème survient lorsque le corps commence à ressentir la privation de liquides. Il est donc essentiel que les pilotes consomment régulièrement des liquides plutôt que d’essayer de le faire tout d’un coup. Certains pilotes, comme Charles Leclerc, ont tenté de résister à la force G, mais ont également souffert des effets de la déshydratation.

Dr. Tyler a expliqué que « à mesure que les niveaux d’hydratation diminuent, les performances physiques diminuent également ». Cela a un impact considérable sur les facultés mentales des pilotes, expliquant pourquoi Lance Stroll a brièvement perdu connaissance en conduisant.

Esteban Ocon a été l’un des pilotes les plus affectés, vomissant seulement 30 minutes après le début de la course. Dr. Tyler a souligné que le mélange de chaleur, d’humidité, de force G et de concentration nécessaire pour respecter les limites de piste avait provoqué cette réaction de son organisme.