Site icon News F1

Virage décisif pour Audi en Formule 1: acquisition totale de Sauber avant l’entrée officielle en 2026

Audi

Audi

En tant que journaliste chevronné de football se lançant dans le récit captivant d’une nouvelle tournure dans la Formula 1, nous voilà témoins d’un événement remarquable : Audi fait une entrée fracassante sur la piste du grand cirque de la F1. La marque allemande a réalisé un coup d’envergure en acquérant la totalité de l’écurie Sauber, annonçant une fusion qui prendra une tournure visuellement concrète en 2026 avec l’arrivée officielle des Quatre Anneaux. Mais que les amateurs de sport automobile se le disent, les préparatifs battent leur plein depuis bien plus longtemps.

La machine s’est emballée, coupant court aux bruissements de couloirs qui faisaient état d’une possible réticence de la part d’Audi suite au remaniement à la tête du Conseil d’Administration, où Döllner a succédé à Duesmann, fervent promoteur de ce projet dévoilé à Spa lors du weekend du Grand Prix de Belgique 2022. Des coûts initialement sous-estimés auraient pu freiner les ardeurs, mais loin s’en faut, la récente annonce vient confirmer que les rouages étaient déjà en mouvement depuis quelque temps.

La fusion avec l’infrastructure de Sauber à Hinwil s’opère maintenant, mettant le turbo sur l’intégration des équipes et le renforcement des capacités.

Virage décisif pour Audi en Formule 1

Dans ce contexte, Andreas Seidl garde le volant en tant que directeur exécutif du futur team de F1 Audi, tandis qu’Oliver Hoffmann maintient sa position à la tête du Conseil d’Administration de Sauber.

Le marché des pilotes est quant à lui un chantier en perpétuelle ébullition. Si Carlos Sainz est souvent cité comme l’étoile montante du futur team germanique, sa non-confirmation chez Ferrari – où il aurait dû signer pour deux années supplémentaires – a quelque peu bousculé ses plans. L’Espagnol aurait pu envisager une fin de parcours en rouge avant de revêtir l’uniforme d’Audi. Avec cette perspective évaporée, la question se pose : devrait-il avancer son départ chez Audi en faisant un crochet par Stake/Kick/Sauber ?

Imaginer Sainz relégué au milieu du peloton est une pilule dure à avaler. Le regard se porte donc alentour, d’autant que la stabilité de Bottas et Zhou n’est pas une certitude, et ne le fut guère pour 2024. Les talents allemands pourraient donc se tailler une place, avec en toile de fond Nico Hulkenberg et Mick Schumacher. Quant à un retour de Sebastian Vettel, bien que cela relève de la pure spéculation, l’idée a de quoi faire rêver les aficionados.

Quitter la version mobile